Commencer la course à pied : le matériel #2

Alors ça y est ? Tu as lu mon dernier article sur le sujet, tu t’es trouvé un tas de raisons pour commencer à courir et une motivation (presque) en béton ? Ou alors tu as déjà commencé à courir mais tu n’es pas vraiment sur d’avoir le bon matériel ? Voyons ça tout de suite.Tu t’en doutes déjà, mais ça ne me coûte rien de le répéter, le gros avantage de la course à pied, c’est que c’est quand même un sport super abordable financièrement, surtout quand on commence. Sauf, bien sur, si tu as décidé que tu ne sortirais de la maison qu’habillé de Nike de la tête aux pieds, mais honnêtement, si tu commences et que tu n’es pas vraiment sur d’accrocher, je te le déconseille, genre vraiment.

Niveau vêtements, rien de plus facile, si tu ne veux pas dépenser un sou, tu as bien un jogging, un collant ou un short de sport, vestiges d’un temps lointain (le lycée, donc), que tu peux amener avec toi pour tes premiers essais. Pour le haut, oui, je te vois regarder ce t-shirt Desperado récupéré en boite et dont tu ne savais que faire, tu peux, tout à fait. Et si faire du sport dans un t-shirt pour une marque de bière te dérange, je suis sure que tu as à peu près le même en version Michelin, ou promotion pour la région Picardie, récupéré dans le camping estival de Papi/Mamie il y a trois ans de cela, au cours de l’animation du vendredi soir.

Si jamais tu n’es pas à 15 euros près, Décathlon fait des basiques tout à fait acceptables (la preuve, j’ai couru plus d’un an avec) et vraiment pas chers. Tu peux donc aller leur rendre visite aux rayon running et t’équiper d’un corsaire et d’un t-shirt premier prix (regarde comme je suis sympa, je t’ai même mis les liens) (j’ai vraiment mis les premiers prix, il y a aussi des choses plus jolies à peine plus cher, ça tu vois selon ton budget) qui feront parfaitement le job, seront plus confortables que tes vieilles fringues en coton des cours de sport du collège, et évacueront un peu mieux la sueur, en prime (ah oui, par contre attention spoiler, mais tu vas transpirer, il faut le savoir). Par contre ne commande pas en ligne, les petits chinois qui font les vêtements Décathlon (enfin je sais pas, j’avoue ne pas avoir regardé les étiquettes) n’ont pas tous le même patron pour les tailles, d’une fringue à l’autre, on passe allègrement du M au L, sachant qu’il existe une taille M-L entre les deux, (enfin je passe du M au L, toi je sais pas).

tenue running premier prix kalenji ellesse

Je te conseille vraiment, en tout cas pour les vêtements, de ne pas trop investir au début. La course à pied c’est quand même un peu spécial, et j’ai pas fait de statistiques mais à mon avis le taux d’abandon au début est quand même pas mal fort, enfin non négligeable c’est sur. Alors ce serait dommage de mettre 100 euros dans une tenue qui sera reléguée au placard au bout de quelques mois si ça ne te plait pas. Personnellement j’ai vraiment commencé avec des vêtements premiers prix (qui se sont prêtés au jeu du shooting photo pour cet article, d’ailleurs), et je me suis offert petit à petit des jolies choses pour me récompenser de mes progrès (et aussi un peu beaucoup en faisant attention aux périodes de soldes). En plus ça sert toujours d’avoir des fringues pas trop chères, tu peux les mettre sur les courses un peu craignos (tu sais, les trucs où tu dois te rouler dans la boue et grimper par dessus des bottes de foin) et ça te fait toujours une tenue de rechange. Personnellement, mon premier corsaire, celui que je t’ai mis en lien plus haut, acheté il y a quand même 4 ans de ça, est mon corsaire préféré pour aller au cours de biking à la salle de sport, parce qu’il est super léger (et que je déteste mettre des shorts à la salle de sport, aussi), je peux te dire que le truc à 10 euros est lavé 2 fois par semaine et rentabilisé 100 fois, depuis le temps.

Bref, passons aux choses sérieuses : les chaussures. Je te vois déjà, petite maligne que tu es, lorgner sur celles qui allaient avec ton jogging affreux du lycée, en te disant « bah quand même, je pourrais commencer avec ça ». Viens ici, que je te tire les oreilles et te mette un coup sec derrière la nuque, pour te punir d’avoir eu cette très mauvaise pensée (j’ai raté une vocation de prof de sport je crois, j’aurais eu le plaisir de traumatiser toute une génération d’enfants qui auraient parlé de moi façon « tu te souviens de la vieille conne de prof de sport qu’on avait en 6ème, celle qui m’a collé un 7 en gym parce que je passais pas le salto avant ? Purée j’en fait encore des cauchemars la nuit »). Bref, on ne prend pas des vieilles chaussures pourries multisport pour aller courir. Sauf si on veut arrêter vite, avec une tendinite à la cheville et un genou en vrac.

Que je t’explique, quand tu cours, tu fais toujours le même mouvement, avec plus ou moins de vitesse et plus ou moins de poids, mais à chaque fois, tu mets toute cette vitesse et tout ce poids dans tes jambes, avec un impact sur un sol plus ou moins dur, et plus ou moins plane, aussi. En français dans le texte : tes articulations elles bouffent. Alors pour les chaussures, on ne fait pas d’économie. Tes genoux te remercieront, je te jure.

On est pas obligé d’investir dans une pure paire d’Asics qui courent toutes seules à 150 euros non plus hein, on peut laisser ça aux gens qui font 80 bornes par semaine (mais après c’est comme tu veux). Décathlon fait des chaussures tout à fait adaptées quand on est débutant, et totalement abordables (non, je n’ai pas d’actions chez Décathlon, et je ne travaille pas chez eux non plus, mais il faut avouer que je connais bien plus cette marque que la concurrence, et que je trouve que le rapport qualité/prix est tout à fait acceptable).

baskets running kalenji kapteren

Tu peux donc te rendre au rayon running du magasin et demander conseil au vendeur qui saura (normalement) te conseiller la paire adaptée à ta morphologie et ta pratique. Personnellement, j’ai commencé à courir avec les Kalenji Kapteren Crossover (qui sont des chaussures de trail et pas de running, mais je courais plus sur les chemins et dans la boue que sur la route, et surtout je les trouvais très légères) qui m’ont vraiment satisfaite pendant un an, et avec lesquelles je n’ai jamais souffert des articulations.

Si Décathlon ne te satisfait pas, tu peux aussi aller dans un magasin spécialisé running et demander conseil au vendeur, il saura lui aussi te conseiller la bonne paire de chaussures, parfois en testant ta foulée.

On y est presque là non ? On enfile tout ça et on va courir ? Tu peux, si tu es un garçon. Si tu es une fille, il te manque encore quelque chose. Et oui, qui dit impacts dit aussi protection de la poitrine, si tu veux pas la retrouver au niveau de tes genoux d’ici 30 ans (si ça ne te dérange pas, tu es libre d’arrêter la lecture de cet article dès à présent).

Si tu pratiques déjà d’autres sports à impacts, tu as probablement en ta possession un soutien gorge sport, que tu peux utiliser sans problème pour aller courir. C’était mon cas avec l’équitation, donc je n’ai pas eu à investir. Si ce n’est pas le cas, bienvenue dans le monde merveilleux de ces engins de torture qui t’obligent à te contorsionner pour réussir à les fermer et qui sont à peu près l’inverse du sexy, en prime. Mais pour de vrai, c’est important.

Là, on rentre dans le grand débat : soutien gorge ou brassière ? Certaines te diront que la brassière ne soutient pas assez et qu’il faut à tout prix un vrai soutien gorge, d’autres ne jurent que par les brassières. Moi je n’ai pas vraiment réussi à trancher, alors j’ai les deux. J’ai quand même fait attention, pour les brassières, à acheter celles estampillées « maintien fort », et puis comment te dire, je suis pas vraiment le genre de nana qu’on a du mal à regarder dans les yeux pour cause d’attributs proéminents (mais si tu es ce genre là, prends l’option soutien gorge, plutôt). Bref, je n’aurais qu’un conseil, n’y vas pas avec ton ensemble sexy en dentelle, mais sinon, brassière ou soutien gorge (sport pour les deux), fais comme tu le sens.

Une fois ce dernier détail réglé et tous tes petits achats déballés à la maison, tu es enfin prêt à enfiler tout ça pour aller enflammer le bitume (ah pardon, non, on a dit qu’on enflammait rien du tout). Prépare toi mentalement, parce que tu n’as plus d’excuse, c’est pour bientôt.

La prochaine fois, on parle de la première sortie running ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *