Les coquillages

Saint-Malo intramuros plage printemps

Dimanche après-midi, grand soleil, les Malouins comme les touristes sont de sortie sur la plage près de chez moi. J’y suis aussi, sur une serviette de plage, la tête de l’amoureux sur les genoux, ma liseuse entre les mains.

Un rire éclate à ma droite, fort, franc. Je tourne la tête.

Ils sont deux, un jeune couple, probablement des touristes (les Bretons savent reconnaître les touristes, mais nous ne livrerons jamais notre secret). Ils sont pieds nus sur la plage. Elle sourit, s’exclame, pose ses chaussures, et s’accroupit en fouillant le sable. Elle l’appelle, juste pour lui montrer, heureuse, ses coquillages. Son émerveillement me fait sourire, j’aime les adultes capables de laisser éclater au grand jour leur enfant intérieur. Il se fiche un peu des coquillages, se moque d’elle, lui envoie du sable, rit encore un grand coup, et repart en attrapant les chaussures de sa belle. Elle lui court après en râlant un peu, et s’arrête finalement pour continuer ses recherches.

Je continue à les regarder. Ils sont seuls au monde. Ils nous dépassent. L’amoureux dit en riant « lui, ça l’intéresse pas trop, les coquillages, je crois ». Je les regarde toujours, ils marchent l’un contre l’autre, pieds nus dans le sable, elle continue de lui montrer ses trouvailles, dont il se fiche éperdument. Je réponds.

« Peut être, mais il porte ses chaussures pour qu’elle puisse continuer à en ramasser ».

Moi je trouve que ça veut tout dire.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *